publicité

Horlogerie : Deux riches passionnés de montres sauvent Péquignet

Placée en redressement judiciaire le 26 avril, la société mortuacienne espèrait trouver un partenaire financier pour prolonger son activité.
Deux dirigeants du fabricant de matériel informatique LaCie vont investir plusieurs millions d'euros.

  • Par Catherine Eme-Ziri
  • Publié le 24/07/2012 | 16:27, mis à jour le 19/10/2012 | 21:13
12_desk_pequignet_repris_par_lac-mix.jpg
L'un des deux investisseurs n'est autre que le cofondateur de LaCie, Philippe Spruch.
Désormais dirigeant du géant américain Seagate qui a racheté sa société au printemps, Spruch fait partie des 500 plus grosses fortunes de France.
 
Passionné de montres, il s'est associé à un autre administrateur de LaCie, Laurent Katz, qui devient président du directoire de Péquignet.
Les nouveaux investisseurs ne souhaitent pas donner le montant exact de leur apport. Tout juste sait-on qu'il s'élève à "plusieurs millions d'euros". Le capital de la société était jusqu'à présent de 5,7 millions d'euros.
 
"On s'adosse à quelqu'un dont la surface financière est à même de mondialiser la marque, se réjouit Didier Leibundgut, l'actuel patron de l'entreprise, qui va devenir président du conseil de surveillance. Philippe Spruch rêvait de participer à la renaissance de l'horlogerie française".
 
Les nouveaux actionnaires entendent laisser les dirigeants et les 47 salariés actuels en place. Ces nouveaux millions tombés du ciel ou presque devraient permettre aux montres Péquignet de commercialiser leur mouvement révolutionnaire, le Calibre royal.
 
Rachat Péquignet

les + lus

les + partagés